Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #mes videos musicales catégorie

2016-12-21T11:36:41+01:00

Ma ville - un coup de queue de vache - Thomas Fersen

Publié par missfujii.

J'adore sa voix roque, ses textes décalés, son grain de folie, et son originalité qui n'appartiennent qu'à lui. Thomas Fersen est un chanteur et poète accompli, hors du commun, qui innove à chacun de ses concerts et je peux vous en parler, car je l'ai vu pas moins de 4 fois sur scène. La dernière fois c'était donc samedi dernier, puisqu'il est passé sur les planches du théâtre de l'Olivier à Istres, pour son spectacle : "un coup de queue de vache". J'avoue que j'aime son l'univers, il s'amuse avec dextérité avec les mots, joue avec les doubles sens, les rimes et les métaphores de façon déroutante. Une belle performance pour ce concert qui a duré plus d'une heure et demi et s'est terminé sous un tonnerre d'applaudissements du public littéralement envoûté. 

 

 

Ma ville - un coup de queue de vache - Thomas Fersen

Les passants sur son chemin 
Soulèvent leurs galures, 
Le chien lui lèche les mains 
Sa présence rassure. 
Voyer cet enfant qui beugle, 
Par lui secouru, 
Et comme il aide l'aveugle 
A traverser la rue. 
Dans la paix de son jardin 
Il cultive ses roses; 
Monsieurs est un assassin 
Quand il est morose.

Il étrangle son semblable 
Dans le bois d'Meudon 
Quand il est inconsolable, 
Quand il a l'bourdon. 
A la barbe des voisins 
Qui le trouve sympathique, 
Monsieur est un assassin, 
Je suis son domestique, 
Et je classe ce dossier 
Sous les églantines, 
Je suis un peu jardinier 
Je fais la cuisine.

Il étrangle son prochain 
Quand il a le cafard, 
Allez hop! Dans le bassin 
Sous les nénuphars. 
Et je donne un coup de balai 
Sur les lieux du crime 
Où il ne revient jamais, 
Même pas pour la frime. 
Sans éveiller les soupçons, 
Aux petites heures 
Nous rentrons à la maison. 
(Je suis son chauffeur).

Car sous son air anodin, 
C'est un lunatique, 
Monsieur est un assassin, 
Chez lui c'est chronique. 
Il étrangle son semblable 
Lorsque minuit sonne, 
Et moi je pousse le diable, 
Dans le bois d'boulogne. 
Le client dans une valise 
Avec son chapeau, 
Prendra le train pour Venise 
Et un peu de repos.

Il étrangle son semblable 
Dans le bois d'Meudon 
Quand il est inconsolable 
Quand il a le bourdon. 
A la barbe des voisins 
Qui le trouve sympathique, 
Monsieur est un assassin. 
Je suis son domestique.

Vous allez pendre monsieur, 
Je vais perdre ma place, 
Vous allez pendre monsieur, 
Hélas! Trois fois Hélas! 
Mais il fallait s'y attendre 
Et je prie Votre Honneur, 
Humblement, de me reprendre 
Comme serviteur, 
Et je classerais ce dossier 
Sous les églantines, 
Je suis un peu jardinier 
Et je fais la cuisine. 

Voir les commentaires

2016-11-30T05:27:00+01:00

Sonita # Ma ville

Publié par missfujii.

Chaque semaine, je participe à un beau défi Ma ville organisé par Bernard Cauvin, sur son blog : LE BLOG DE COVIX-LYON. Ce challenge consiste à publier un billet, une photo ou bien ce que vous voudrez autour de vos coups de cœur pour votre ville. Pour faire partie de la communauté Ma ville c'est par ICI

Vendredi 25 novembre, vous n'ignorez pas que c'était la Journée Internationale pour l'élimintation de la violence à l'égard des femmes. A cette occasion la maison du citoyen de la ville d'Istres avait prévu au cinéma le Coluche la projection du film Sonita, suivi d'un débat.

"Mariée à vendre"

"Mariée à vendre"

Sonita une très jeune adolescente afghane, elle vie en iran ou elle est réfugiée et sans papier parce qu'elle a fuit sa famille. Son rêve :  devenir rappeuse pour crier sa révolte contre une tradition qui permet aux familles de vendre leur filles à  des hommes beaucoup plus âgés qu'elles et qu'elles ne connaissent pas. Je vous laisse regarder le clip qui se passe de tous commentaire, et parle de lui-même.

 

Je dois murmurer pour qu'on ne sache pas
Que je veux parler de la ventes des filles,
Car d'élever la voix est contre la charia.
Dans ma ville les femmes sont muselées.
Moi je crie, au lieu de la fermer
Je crie à cause de mes blessures.
Mon corps pleins de meurtrissures,
Couvert d'étiquettes de prix.
Je suis une enfant, je n'ai que 15 ans,
Les hommes pourtant demandent à m'acheter.
Cette tradition, je ne la comprends pas.
Des filles vendues qui n'ont pas le choix.
Père se lamente : "la vie est si chère !"
Si vous me l'aviez dit que vous comptiez
Toutes mes bouchées, chacun de mes habits,
Je n'aurais pas mangé, ni rien avalé,
Pour ne pas vous coûter,
Comme les autres fillettes qu'on a mis en cage,
J'attends qu'on m'achète, un mouton d'élevage.
Ils disent qu'il est temps que je sois vendue,
Mais je vois et j'entends, je veux être reconnue !
Un mouton s'est-il jamais lamenté ?
Qui a déjà vu un mouton pleurer ?
Chers parents, je ne veux pas vous quitter.
Vous vendre, non, jamais je ne pourrais.
Mais vous... Comment dire ?
Vous me mettez au monde, et c'est à moi de payer.
Fatiguée de me taire, je veux crier !
ôtez vos mains de moi, vous m'etouffez !
ça fait si longtemps qu'on ne m'a pas parlé,
Je dois m'assurer d'être encore en vie.
Je suis inquiète, je ne peux plus parler,
Même morte, je sens les coups de fouets.
Ici les filles doivent se taire.
Comment vivre, comment faire ?
Devrais-je m'enfuir, ou commettre un suicide ?
Ce sont deux options complètement stupides.
Quelque torture que vous m'infligiez,
Jamais soyez sure, je ne vous trahirai.
Si l'argent de ma vente vous arrange,
Alors je mentirais : "je suis au anges".
Pour vous plaire, je feins d'être sereine.
J'échange mon sourire contre votre peine.
Et pourtant le Coran ne dit pas,
Que les femmes ont un prix d'achats.
Soyez heureux, laissez moi en paix.
Car j'en ai marre de me maquiller.
Plus rien, ne cachera mon visage meurtri.
Personne ne ferait ça, même mon pire ennemi.
C'est dur et angoissant, oui, croyez moi,
D'être enlacé par un homme qu'on ne connait pas.
Mais bientôt, je ne chanterai plus.
Ce qui compte, c'est votre salut.
Je vous en prie, regardez moi,
Mon visage si triste, ne l'oubliez pas.
Je m'en vais, mais qui s'occupera,
De vous quand je ne serais plus là ?
Je vais bientôt vous quitter,
Je vous laisse ma poupée.
Je vous en supplie, ne la faites pas pleurer,
Elle n'a pas de prix, "ne la vendez jamais".

Sonita

 

 

 

 

 


 





 


 

 


 

 

 


 

 

Voir les commentaires

2016-11-27T05:05:00+01:00

La photo du dimanche #34 - Rester chic malgré la pluie

Publié par missfujii.

Connaissez-vous Magda, du blog "ANTONI, BORYS & CIE" ? Il s'agit, d'une très sympathique mère de famille canadienne, qui déborde d'imagination. Son blog est plein de peps, et de poésie. Avec l'aide de ses deux petits garçons, elle met du piment dans absolument toutes les petites choses du quotidien ! Son site vaut vraiment la peine que vous alliez y jeter un œil  ! Tout ça pour vous dire qu'elle a mis en place un défi intitulé : "la photo du dimanche" auquel, vous vous en doutez, je participe bien évidemment  avec un immense plaisir ! Si vous voulez en savoir plus; tout est expliqué ici.

Le défi proposé pour tout ce mois de novembre est Météo, voici donc ma dernière proposition avant de connaitre le thème de décembre (mais j'ai déjà une petite idée.. nous verrons bien) !

Quel temps fait-il chez vous ? Soleil ? froid ? Pluie ? Bref, c’est le moment de se défouler côté température :-).

Magda

Ce n'est pas parce que le ciel est pluvieux, que cela doit rimer avec morosité vestimentaire. Bien au contraire, adoptons la chic attitude...

Ce n'est pas parce que le ciel est pluvieux, que cela doit rimer avec morosité vestimentaire. Bien au contraire, adoptons la chic attitude...

Vous ouvrez votre fenêtre et ce matin voilà qu'il pleut ! Qu'à cela ne tienne les idées pour être chic malgré tout ne manquent pas... De l'intemporel Trench Coat incarnant le chic britannique, ceinturé ou boutonné, aux bottes de pluie fantaisies tendances urbaines, qui ne sont plus uniquement réservées à la campagne, mais qui se portent avec élégance le choix ne manque pas. Quant aux parapluies, ils sont devenus amusants et super fun nous faisant presque espérer la pluie, pour nous transformer en Mary Poppins...

La photo du dimanche #34 - Rester chic malgré la pluie

Voir les commentaires

2016-08-26T10:07:58+02:00

BASTIAN BAKER REPREND "HALLELUJAH" DE LEONARD COHEN

Publié par missfujii.

Suite à l'article de Covix "La musique en nous, vendredi Rock", dans lequel il nous propose 6 très belles versions "HALLELUJAH", je remets au goût du jour un article que j'avais publié en 2012 et ou je vous avez posté une vidéo de BASTIAN BAKER reprennant "HALLELUJAH" de Leonard Cohen. C'est aussi l'occasion de vous proposer un billet en amont de mon blog à l'époque où je n'avais encore que peu de visites.

 

Voir les commentaires

2015-06-04T21:00:53+02:00

Melody Gardot "Currency of man''

Publié par missfujii.

Fan de l'univers musical de la chanteuse Melody Gardot, je vous recommande son dernier album jazz-soul-funk, intitulé "Currency of man"

qui vient tout juste de sortir le 1er juin. Je l'ai trouvé surprenant et séduisant ! Elle passe en concert tout près de chez moi début décembre et j'ai prévu d'aller la voir bien sur. 

Voir les commentaires

2015-03-05T07:53:01+01:00

Yalla

Publié par missfujii.

Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit, mais je suis fan du chanteur Calogéro, et justement ce matin en allumant ma radio ne voilà-t-il pas que je l'entends fredonner "Yalla", magnifique hommage à Sœur Emmanuelle.

Dès que j'entends cette chanson allez savoir pourquoi je me remplis d'énergie. Nul doute que ce qu'elle transmet à travers ses paroles y est pour quelque chose.

Quelle que soit notre destinée, il faut continuer à avancer. J'ai lu d'ailleurs quelque part que Sœur Emmanuelle assise dans son fauteuil roulant et à un âge très avancé refusant de se laisser aller chassait ses idées noires en se disant : Yallah !

Personnellement j'associe fatalité et pessimisme, et je pense que le mental est là pour faire la différence. Il y a longtemps que j'ai appris qu'être heureuse, c'était bon pour moi et que j'ai tout bonnement décidé de cultiver mon bonheur et en devenant HAPPYcultrice.

On ne retient pas l'écume
Dans le creux de sa main
On sait la vie se consume
Et il n’en reste rien
D’une bougie qui s’allume
Tu peux encore décider du chemin, de ton chemin…

Calogéro - Yalla

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog